EvaPig

Acides aminés digestibles standardisés

La totalité des acides aminés présents dans les protéines alimentaires n’est pas absorbée par le tube digestif de l’animal. En effet, la quantité de chaque acide aminé qui sera absorbée dépend directement des processus de digestion des protéines alimentaires. Le résultat de ces processus digestifs dépend principalement du type de matière première utilisée : espèce, variété, structure des protéines, teneur en fibres alimentaires, …, et de l’acide aminé considéré.

La notion de digestibilité des acides aminés a progressivement évolué tant sur le plan méthodologique que sur le plan du concept. Initialement mesurée au niveau fécal, la digestibilité est désormais mesurée au niveau iléal, en raison des remaniements dus à la flore microbienne du gros intestin, on parle alors de digestibilité iléale des acides aminés.

Toutefois, le profil des acides aminés à la sortie de l’intestin grêle n’est pas la seule résultante de l’absorption des acides aminés alimentaires. Les processus de digestion s’accompagnent également de sécrétions de sucs digestifs, mucines, immunoglobulines et de desquamations cellulaires dont les éléments protéiques se mêlent aux protéines d’origine alimentaire dans la lumière intestinale.

Cette fraction d’origine endogène peut être mesurée en distribuant aux porcs un régime protéiprive. Cette technique bien que ne permettant de mesurer que les pertes endogènes basales ou non-spécifiques, a permis de proposer des coefficients de digestibilité iléale apparente corrigés, encore appelés vrais ou standardisés, c’est-à-dire corrigés des pertes endogènes basales. On parle alors de digestibilité iléale standardisée des acides aminés.